Didier Bonnal-Ruan d’Affaire conclue : son manque d’empathie choque le web

Cela s’est déjà vu dans l’émission Affaire conclue, où des vendeurs arrivent à toucher le cœur des acheteurs, arrivant ainsi à vendre leur bien à des sommes intéressantes, mais cela n’a pas vraiment été le cas pour André, ce 3 août 2020.

Ce 3 août 2020, 2 comme tous les après-midi de la semaine, diffusait l’émission « », présentée par l’animatrice . A ses côtés comme d’habitude, des experts et des acheteurs expérimentés, prêts à repartir avec des objets intéressants. Cette mission s’adresse donc à un large public.

Pas de sentiments dans les affaires pour Didier…

Naturellement, chaque vendeur essaye de vendre son objet à bon prix, et pour cela, chacun y va de sa technique. Evidemment, cela peut marcher ou laisser les acheteurs de marbre. Le vendeur André de l’émission du lundi 3 août 2020 en a fait les frais. Notons qu’il s’agit d’une rediffusion des meilleurs extraits d’Affaire Conclue.

Agé de 75 ans, André est un ancien vendeur de ladite émission Affaire Conclue, venu de Montpellier. En effet, il était déjà venu avec un tableau, qu’il avait réussi à vendre aux acheteurs. Il est revenu cette fois-ci, avec une belle céramique émaillée en parfait état.

A l’expertise, l’objet mis en vente qui est en réalité une coupelle fabriquée par Jean Lurçat, un artiste célèbre, est estimé à 150 euros. André est ensuite allé à la des acheteurs pour leur proposer son objet, avec l’espoir de réussir à le vendre à un prix, au-delà de l’estimation.

Pour cela, le plan d’André était simple : parvenir à émouvoir les acheteurs avec son histoire, et ce qu’il comptait réaliser avec son gain. En effet, le vendeur comptait offrir à sa tendre épouse, un cadeau pour célébrer leurs 60 ans de vie à deux. Si l’annonce de son projet en a ému plus d’un parmi les acheteurs, dont Pierre-Jean Chalençon, cela n’a pas du tout été le cas pour le brocanteur Didier Bonnal-Ruan.

View this post on Instagram

. #affaireconclue #france2

A post shared by Affaire Conclue (@affaireconclue) on

Notons qu’au moment où André dévoilait son projet aux acheteurs, les enchères étaient déjà à 200 euros. Didier, même si l’objet lui plaisait apparemment, ne s’était pourtant pas gêner pour lui dire clairement à propos de son projet : « Ah non, moi ça ne me touche absolument pas ! ».

…et tout est bien qui finit bien !

Le brocanteur Didier Bonnal-Ruan, même s’il reste hermétique à l’histoire, renchérit sur la céramique quand même, et finit par se retrouver au coude à coude avec . Notons que Didier a fait un effort pour renchérir, pousser par ses collègues, qui l’y ont incité à coups de « Allez ! Pour ses 60 ans de mariage ! ». Ce qui l’a poussé à leur répliquer après avoir rajouté un peu, que cela ne contribuera pas à payer ni son URSSAF, ni le loyer de son magasin, ou autre ! Le brocanteur tenait apparemment à être parfaitement compris. Aussi, son enchère s’arrêtera là, le bien revenant à Pierre-Jean, qui a porté le prix à 220 euros, ayant lui été touché par l’histoire André.

Cependant, cherchant toujours à en obtenir plus, André essayera encore une dernière tentative pour avoir un petit billet en plus. Une gourmandise qui a failli lui être fatale, car Pierre Jean Chalançon lui a fait comprendre que c’était surtout pour lui faire plaisir, qu’il a acheté la céramique.

Comprenant qu’il n’en aura pas plus, et surtout qu’il risque de passer à côté d’une belle affaire en étant trop gourmand, André s’est finalement décidé à aller serrer la main de Pierre-Jean pour une affaire conclue.

Finalement, la céramique estimée à 150 euros, a été vendu à 220 euros, soit 70 euros de plus. Une bonne affaire conclue pour André !


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.